ma pile de 2013, haute de 27 livres.

Meurtriers sans visage, par Henning Mankell

Dans la campagne de Scanie, dans le sud de la Suède, un couple de vieux fermiers est sauvagement assassiné. La femme est torturée et, avant de mourir à l'hôpital, prononce un dernier mot : « étranger ». Ce double meurtre sordide va déclencher des réactions de colère et de xénophobie à travers toute la région.


Moka, par Tatiana De Rosnay

L'idée n'est pas neuve et a, je pense, déjà été traitée. Judith reçoit, dès la première page du livre un appel de l’hôpital la prévenant que son fils Malcom a été renversé par une voiture et qu'il est dans le coma. Et que le conducteur ne s'est pas arrêté et a laissé le gamin sur le carreau.
Ca sent le mélo, le pathos, même... Oui mais c'est bien écrit, tout en douceur, tout en finesse, relatant tous les sentiments qu'une mère peut éprouver devant l'horreur. De l'acceptation de la fatalité à la recherche désespérée de l'auteur des faits, du découragement à la colère, de la fuite de la réalité à la confrontation finale. Ca m'a un peu fait penser à "A ce soir" de Laure Adler.
Imaginez-moi, pour ceux qui me connaissent, assis dans la salle d'embarquement de l'aéroport, en train de pleurer comme une madeleine. Je sais que le terrain est favorable en ce moment, mais quand même.
Un superbe livre !


Forrest Gump, par Winston Groom

Inutile je pense de rappeler l'histoire de Forrest Gump, car tout le monde la connait, ou pense la connaître. Y compris moi qui suis tombé dans le bouquin en terrain conquis...
Hé bien pas du tout ! Autant le début est conforme à ce que l'on connait dans le livre: le football américain, le ping pong, le président, la guerre au viet nam, la blessure, la médaille, les manifestations pacifistes, autant la deuxième partie est complètement inconnue et complètement loufoque. Saviez-vous que Forrest est parti dans une fusée de la NASA ? Qu'il a été catcheur, champion d'échecs, champion du monde de bras de fer, qu'il se promenait partout avec un singe nommé Sue avec qui il parlait et vivait en couple ? Autant dire que j'ai été désorienté, complètement déboussolé. C'est gros, c'est lourd, ce n'est pas drôle du tout, c'est complètement loufoque. J'ai rapidement passé les dernières pages pour commencer un autre bouquin...


Bazaar, par Stephen King

La nouvelle boutique qui vient d’ouvrir à Castle Rock est pour le moins étrange : En effet, son propriétaire, Leland Gaunt, semble posséder ce dont chaque habitant rêve. Mais il y a bien plus étrange que cela : le prix à payer n’est pas de l’argent, mais un service ou une blague d’apparence anodine ! Seulement voilà, sa boutique a pas mal de succès, et l’enchaînement de toutes ces "farces" peut produire des effets que ses clients n’avaient pas imaginé...
Pour les amateurs de King, dont je suis, c'est du pain béni... Beaucoup d'humour, une intrigue qui se pose pièce par pièce, comme les pièces d'un échiquier tour arriver, on le sent bien, au chaos final.
Un grand livre que j'ai dévoré en à peine deux jours..


L'oiseau de mauvais augure, par Camilla Läckberg

Tanumshede est en ébullition. la ville s'apprête à accueillir Fucking Tanum, une émission de téléréalité dans la veine du Loft, et ses jeunes participants avides de célébrité. La police, qui doit s'assurer que le tournage se déroule sans incident et ne trouble pas le calme de la petite ville, est sur les dents, et Patrik Hedström, qui aimerait pouvoir s'impliquer davantage dans la préparation de son mariage imminent, n'a pas une minute à lui.Erica devra faire face seule. Etranges et meurtriers accidents de voiture, mort mystérieuse d'une candidate du jeu télévisé, finalement, l'arrivée de Hanna Kruse, nouvelle recrue au commissariat, tombe à pic pour Hedström.

Mouais. Trois Camilla Läckberg en un mois, je commence a me lasser. un peu poussif, moins bon que les autres, un peu tire par le cheveux. Un gros Bof....




Les trois saisons de la rage, par Victor Cohen Adria

Formidable catalogue des mœurs, croyances et turpitudes du monde rural, Les Trois Saisons de la rage, qui se situe en Normandie, est autant le roman d'un médecin de campagne au XIXe siècle que l'évocation universelle de ce qui suscite les comportements humains. Tissant une foisonnante intrigue de destins, de situations et de révélations où la naïveté, le cynisme, l'égoïsme, l'avidité et le désir mènent la ronde, il confirme le talent de Victor Cohen Hadria, l’ auteur des Chroniques des quatre horizons, dont la vision du monde, lucide, et même impitoyable, n’est pourtant pas dépourvue d'humanité.
Ñerci a mon ami Didier de m'avoir offert ce livre, deroutant de prme abord, mais passionnant et qui se lit d'une traite. La medecine du 19eme siecle n'est la qu'un pretxte pour decrire la vie de la campagne normande a cette epoque. Un peu "vert" parfois... Il faisait bon etre medecin a cette epoque ! Si nos medecins actuels se permettaient le quart de la moitie de ce que fait ce Le Coeur, ils seraient rapidement rayes de l'ordre...


22/11/63, par Stephen King

Une uchronie comme je les aime, pour ceux qui me connaissent bien. 900 pages de retour dans le passe pour vivre et revivre une histoire qui a deja ete vecue et dont on connait les tenants et les aboutissants. Sauver Kennedy, l'homme symbole des etats unis. Empecher Oswald de tirer la balle fatale. Mais, comme tout changement ou bouleversememt de l'Histoire avec un gran H, il y a l'effet papillon. En supposant que le heros arrive a ses fins et fasse vivre Kennedy, quel serait notre quotidien aujourd'hui ?
Attention, ce livre est dangereux. Des qu'on entre dedans, ce n'est que pour rester dedans jusqu'a la derniere page. Et j'ai bien dit la derniere !!


Et puis Paulette, par Barbara Constantine

Ne cherchez pas qui est Paulette, vous ne le saurez qu'a la fin du bouquin. Concentrez vous plutot sur cette magnifique histoire e solidarite inter-ages et de la vie en societe. Un magnifique livre frais, qui fait du bien et qui rassure quant au devenir de notre societe. Un livre comme on aimerait en ecrire !


L'Ankou a tout faux, par Yannick Gloaguen

Un second opus pour le fameux commissaire Le Bleiz. Voyage au coeur du Moyen age et du Rennes actuel. La lecture est aisee et facile. Une nouvelle fois, on est captive par l'intrigue qui se deroule sous nos yeux. Livre lu dans son etat original, pendant que l'auteur l'ecrivait. Une superbe experience ! Yannick est deja replomge dans une troisieme histoire!


Droods, par Dan Simmons

Une formidable expedition dans le Londres du milieu du XIX siecle. Les bas fonds de la capitale britannique, les hoññes de sous la ville, l usage inconsidere de l opium qui entraine deux hommes vers une folie inevitable. Wlikie Collins, auteur oublie de cette epoque raconte le debut de la folie de Charles Dickens tout en se rendant compte de sa propre chute dans la même folie. L'epaisseur du livre peut faire peur (1200 pages) ñais son contenu est un reel plaisir. A conseiller a ceux, qui, coññe ñoi au ñoñemt ou je l'ai lu, cherchent a se changer les idees pour echapper a une realite trop pesante.


Le tailleur de pierre, par Camilla Läckberg

Qui a tue Sara, petite fille de six ans, habitante du traditionnel village de Suede dans lequel Camilla Läckberg a l'habitude de nous entrainer ? Une petite fille entouree de parents aimants, dans une fañille visiblement sans histoires... En parallele, l'etrane vie d'Agnes, forte femme du debut du XXeme siecle. On se doute bien que les deux histoires vont se recouper ! Un vrai plaisir comme d'habitude, avec deux petits bemols quand même: cette mqnie de passer d'une histoire a une autre en milieu de chapitre, il faut parfois faire l'effort de savoir de qui on parle... Et puis, beaucoup de personnges, feminins surtout, avec des prenoms qui se ressemblent. Pas facile de savoir qui est qui parfois


La princesse des glaces, par Camilla Läckberg

Je mettrai a jour plus tard...


Des fleurs pour Algernon, par Daniel Keyes

C'est mon coup de coeur de ce début d'année. Un homme, le plus bête qu'on puisse trouver, est choisi par un laboratoire de recherche pour être le cobaye d'une découverte. Une opération chirurgicale qui peut le rendre cent fois plus intelligent qu'il n'est. Et ça marche. Il devient une sommité du monde intellectuel. Mais toute médaille a son revers...
Une bellle réussite qui explore tous les aspects de nos personnalités, les limites de la science, notre image des handicapés, la philosophie d ela vie. On ne s'ennuie jamais dans ce livre dont on devine petit à petit la fin, plutôt morale.


La Grand-Mère de Jade, par Frédérique Deghelt

Comme son titre l'indique, dans ce roman il est question d'une petite mamie de quatre-vingt ans que tout le monde souhaite, suite à un malaise, placer en maison de retraite. Mais c'est sans compter sur Jade, sa petite-fille d'une trentaine d'années, qui ne supporte pas que sa « Mamoune » adorée soit laissée à l'abandon dans un mouroir. Elle décide alors de la kidnapper pour l'emmener vivre avec elle, à Paris.
Les deux femmes se découvrent. Souvenirs d'enfance, réflexions sur la vieillesse et la mort, sur le droit de disposer de la vie des parents. Tout un livre de douceur et de gentillesse, rythmé par une histoire d'amour finissante et une autre débutante. Un joli livre qu'on a hâte de retrouver le soir en rentrant du travail.


Les chagrins, par Judith Perrignon

Il n’y a plus trace de rien, là-bas. On a déversé des tonnes de sable, vissé des balançoires, planté des arbres et décrété l’insouciance. Mais la mémoire complote. Les chemins serpentent. Le terrain fait des vagues. Le toboggan est habillé d’une tour qui ne guette plus rien. Sous le sable de ce square parisien, il y a la poussière et les secrets d’une prison de femmes. La Petite Roquette, détruite en 1973.
Au bout de cinquante pages, j'ai failli arrêter. Trop triste. Vraiment trop triste. Je me revoyais dans les heures grises de Philippe Claudel. Une chape de plomb sur les épaules. Et puis la quète commence, la recherche d'un homme, la découverte d'une femme. Et la magie opère. On reste attaché à ce bouquin qu'on referme à regret.


Intuitions, par Dominique Dyens

Un pavillon cossu dans une banlieue résidentielle, de belles situations, des enfants superbes : les Royer semblent comblés. Mais lorsque leur fils annonce par SMS son prochain mariage, l'image de la famille idéale se fissure. Guidée par une intuition paranoïaque, Nathalie, mère protectrice, décide de mener une enquête sur sa future belle-fille et d'infiltrer son intimité, au risque de faire voler en éclats une vie bien rangée. Car, chez ces gens-là, renoncer à sauver les apparences, c'est se mettre en péril.
Belle présentation de la bourgeoisie parisienne. Description du denni lors de la mort d'un enfant. Et puis une fin étonnante et détonnante. Un bon moment passé avec ce bouquin.


La fausse porte, par Xavier Houssin

Nous sommes dans les années 1960. Le narrateur est un petit garçon qui quitte l’école primaire. Il entre en sixième, au collège religieux de Senlis. Fils unique élevé sans son père, il est un peu solitaire. Au moment des adieux maladroits à son meilleur ami, il se raconte le temps qui est déjà passé – il n’y a pas d’âge pour avoir des souvenirs… Ce sont la classe et les copains, les promenades en forêt, la pêche à la rivière. Le chien Mickie. Les oncles et les tantes, les grandsparents du Nord, les vieilles demoiselles, collègues de sa mère. Et les livres aussi. Ceux qu’il peut feuilleter dans la bibliothèque de la propriétaire du manoir d’à-côté. Ceux de Mme Fiévet, la libraire.


Tea-Bag, par Henning Mankell

J'aiñe bien Mankell habituellement, mais celui la m'a ennuye. Je ne l'ai d'ailleur pas termine


Les silences de la guerre, par Claire Fourier

La guerre. Ce pourrait être n'importe laquelle. C'est celle de 1940. L'histoire se passe près de Brest, dans la maison réquisitionnée pour loger un officier allemand affecté à la construction du mur de l'Atlantique.
Rencontre entre une jeune femme et un officier allemand. Discussions, comparaisons des cultures, des paysages et des façons de vivre. Longues discussions culturelles et philosophiques. Un peu trop longues même parfois.
J'ai beaucoup aimé, même si certains passages étaient pénibles e trop longs, vraiment.


Ca m'agce, par Jean-Louis Fournier

Ca m'agace surtout de voir le talent littéraire de Fournier se gâcher dans un aussi mauvais livre. Quelques pages m'ont fait sourire. Mais j'ai eu là l'impression d'un livre "alimentaire" fait pour gagner de l'argent sur son nom et sur sa réputation et non d'un vrai bouquin de la trempe habituelle de Fournier. Lu en une heure, ça ne valait pas plus...


Les chiens de Riga, par Henning Mankell

L'action se situe en grande partie en Lettonie, alors que les Etats baltes s'émancipent de la tutelle soviétique. Hiver 1991. Un canot pneumatique s'échoue à Mossbystrand, au large d'Ystad (siège du commissariat de Wallander). Il contient les corps de deux hommes, torturés et exécutés d'une balle dans le cœur.

Ah ! Wallander !! Mankell... Quelle merveille... Vraiment un bon bouquin. Vous souhaitiez déménager pour aller habiter Roga ? Réfléchissez bien avant.
Mankell sait parfaitement nous faire sentir l'atmosphère de peur et de suspicion qui règne dans ce pays. Un bon bouquin, vraiment ::


Profondeurs, par Henning Mankell

En octobre 1914, l'Europe est au bord de la guerre.
Afin d'améliorer la défense des côtes suédoises, le capitaine Lars Tobiasson-Svartman inspecte les routes maritimes. Sur la toute petite île de Sara Fredrika, il rencontre une femme dont il devient l'amant. Pour la revoir, il ment à sa femme, à l'amirauté, à lui-même, jusqu'au point de non-retour.

L'histoire d'un homme enferré dans son mensonge. Jusqu'à ne plus savoir lui-même qui il est. Un homme peu fréquentable, disons le tout net. Sans moralité, sans conscience.
Une lente descente vers la folie qui le mènera vers les profondeurs qu'il recherche tant.
J'ai eu un peu de mal à démarrer, mais une fois dedans... que du bonheur.


Extension du domaine de la lutte, par Michel Houellebecq

Le héros a trente ans. Cadre moyen, analyste-programmeur dans une société informatique, son salaire net atteint 2,5 fois le SMIC. Malgré ce pouvoir d’achat, il n’attire pas les femmes. Dépourvu de beauté comme de charme, sujet à de fréquents accès dépressifs, il ne correspond guère à ce que les femmes recherchent en priorité sur le marché du sexe ou de la satisfaction narcissique. On ne connaît pas son nom mais personne ne semble s’en soucier.


Les souvenirs, par David Foenkinos

"Mon enfance est une boîte pleine de nos souvenirs" : ainsi parle le narrateur alors qu'il vient d'enterrer son grand-père. L'occasion de repasser le film de cette enfance aux côtés de ses aïeuls, dont il retrace l'existence, par bribes. Tout en évoquant son triste sort d'écrivain débutant à court d'inspiration, notre (jeune) homme raconte les réticences de sa grand-mère à quitter son appartement pour une maison de retraite, mais aussi le malaise de ses propres parents, qui se disputent après des années de mariage.
Comme j'aimerais écrire comme ce type. C'est précis, sans ambages, sans prétention, mais p... ce que c'est bien écrit !!


La Fontaine, l'ultime confession, par Gilles Becdelièvre (de)

Une magnifique biographie de La Fontaine sous le prétexte d'une confession. Durant six semaines, l'abbé Pouget confesse le fabuliste. L'occasion de découvrir un homme haut en couleurs, complètement hors de son temps, n'hésitant pas à être fier de son libertinage et de sa paresse. Beaucoup d'anecdotes sur la vie et le smoeurs du XVII° siècle.
Ce livre n'a fait que conforter l'image que j'avais du grand la Fontaine que j'aimerai jusqu'à la fin de mes jours.


Sept histoires qui reviennent d eloin, par Jean-Christophe Rufin

Un recueil de nouvelles. C'est agréable de lire des petites histoires, entre deux gros romans. Le livre se lit bien, agréablement. On est agréablement transporté aux quatre coins de la planète par des petites histoires qui nous bercent. Comme dans les nouvelles, les fins sont souvent inattendues.
A lire tranquillement, sans se prendre la tête. On se laisse facilement guider par l'écriture souple et agréable de Rufin.


La main rouge - America Tome 2,, par Romain Sardou

1777.
Dans les tout jeunes Etats-Unis à peine sortis de leur guerre d'indépendance, deux familles sont à l'apogée de leur richesse et de leur puissance. Les Bateman, d'origine irlandaise, implantés à New York depuis presque un siècle, se sont enrichis dans tous les trafics illicites. Les Muir, d'origine anglaise, sont propriétaires de terres immenses en Georgie, acquises avec les fruits de la prostitution et de l'esclavage.
Rien ne semble pouvoir entamer la réussite de ces deux clans ni freiner leur ascension. Rien, sauf leur rencontre… Née d'une humiliation, une haine inextinguible va les faire se déchirer à travers le temps, jusqu'à nos jours. Entre ambitions démesurées, coups du sort, renversements de l'Histoire et amours impossibles, un seul et puissant moteur animera chaque génération : la vengeance !
Magnifique ! Autant j'ai été peu emballé par le deuxième tome du siècle de Ken Follet, autant ce deuxième opus de la trlogie America m'a séduit. Une lecture passionnée, des personnages hauts en couleurs, des véritables aventures, sans eau de rose et faux sentiments. L'installation de deux familles de colons, leur combat pour survivre et leurs haines respectives l'un pour l'autre.
Je le conseile à tous ceux qui aiment les vrais livres d'aventure.
Pourquoi La main rouge ? Attendez la toute fin du livre pour le savoir...


 

Pourquoi ce site ?

Découvrez sur ce site ce que sont mes lectures.
Lectures paresseuses, avant de dormir, lectures gourmandes, au coin du feu, dans le jardin ou à la plage, lectures envahissantes qui collent à la peau, qui scotchent au canapé et empêchent de continuer à vivre normalement. Vivement ce soir qu'on rentre et qu'on le retrouve...

Le plus consulté


Deux Zéros et demi
Fiche consultée 533 fois