L'oeil du coyote, par Georges Walter

Depuis qu'un petit héritage me donne les moyens de voyager, j'ai contracté une sorte de fièvre qui me saisit dès l'aéroport. Comme l'amateur d'art au hasard des brocantes, je ne désespère jamais de dénicher le chef-d'œuvre : en tout inconnu, je herche l'exilé, le clandestin, le révolutionnaire en fuite ou l'escroc international - et je sais que les déserts ne sont pas moins riches en surprises que les villes. A Las Vegas, dans le groupe de touristes avec qui j'avais commencé mon périple, je crus bien rester sur ma faim.
Jusqu'au moment où un homme aux bottes de cavalier me fit abandonner mon programme. Il s'appelait Mister Shadow et s'enfermait dans sa suite sans jamais jouer. Ces bottes de cavalier rappelaient un autre solitaire dans le proche Nevada qui se détendait en chevauchant à la veille du premier essai atomique : il s'appelait Robert Oppenheimer.

Déposez votre commentaire à propos de ce livre.

Texte
Etoiles
Signature
Courriel