Catégorie : 2021

Courtes histoires avec ou sans espoir

Dernier livre de 2021.
Le titre est parfaitement choisi. On passe ainsi de l’espoir au désespoir en passant d’une histoire à l’autre.
On sent que l’ordre des histoire a été patiemment étudié.
Certaines histoire douces et légères tendent vers la liberté et l’espoir que chacun a en ligne de mire. D’autres, beaucoup plus noires vous feront toucher du doigt la mort et ce qui va avec/
Un grand plaisir de retrouver la plume de Jeanne Sélène, autrice reconnue pour les enfants mais également conteuse de romans et d’histoires courtes comme celles de ce recueil que je recommande chaudement !
A noter en plus une magnifique couverture !!!


11 bruits de couloir par un collectif d’auteurs

Il a traversé les décennies et vu le quartier se métamorphoser maintes fois autour de lui .

Des générations de voisins se sont succédés dans l’intimité de ses appartements et il est le témoin discret de leurs destins croisés .

Onze auteurs ont décidé d’habiter, le temps d’une nouvelle, la mémoire de cet immeuble hors du commun. Et si ses murs pouvaient parler que nous conteraient-ils ?

Tournez les pages comme on ouvre des portes et venez découvrir ces onze histoires : onze tranches de vie, 11 bruits de couloir.

Changez d’ambiance à chaque nouvelle ! Si vous aimez passer du rire aux larmes, ce recueil d’histoires courtes est pour vous.

 

 

Encore un livre découvert au hasard d’une navigation Facebook.

Voilà une bonne idée que ce recueil à 22 mains (2 pour chacun des signataires).
Un bon moment de lecture, tranquille pour découvrir onze écritures différentes.
Onze appartements du même immeuble habités par onze personnes toutes différentes à tous points de vue.
J’ai adoré l’arrivée de Bernadette. Ce texte m’a fait penser au dernier Pierre Lemaitre et à ces personnages qui paraissent cools mais ne le sont pas.
Après, avec onze auteurs, on ne peut pas adhérer à tout.
J’ai beaucoup apprécié certains, j’ai passé quelques pages. Mais je pense que c’est normal !
Par contre, j’aurais trouvé sympa qu’il y ait une petite connivence entre les appartements et que chaque texte reprenne, au moins en quelques lignes, un des personnages des autres appartements. Histoire de donner une cohérence à cet immeuble, pas seulement dans le plan, mais aussi dans les textes !


Version Kindle Version papier


Loin, par Alexis Michalik

Tout commence par quelques mots au dos d’une carte postale : « Je pense à vous, je vous aime. » Ils sont signés de Charles, le père d’Antoine, disparu dix-sept années plus tôt sans laisser d’adresse.
Avec son meilleur ami, Laurent, et sa jeune sœur, Anna, aussi instable qu’irrésistible, Antoine par donc, à vingt-six ans, sur les traces de ce père fantôme. L’affaire d’une semaine, pense-t-il… De l’ex-Allemagne de l’Est à la Turquie d’Atatürk, de la Géorgie de Staline à l’Autriche nazie, de rebondissements en coups de théâtre, les voici lancés dans un road movie généalogique.


Road movie, road trip, appelez ça comme vous voulez, en tout cas, c’est un sacré voyage que propose Alexis Michalik dans ce pavé de six cents pages.

Un sacré voyage, dans l’espace et dans le temps.

Dans l’espace parce que vous ferez presque le tour du monde. Ne comptez pas sur moi pour vous dire quels seront les pays visités, je n’aurais pas aimé qu’on me le fasse ! Sachez seulement qu’à cent cinquante pages de la fin, j’ai discuté avec ma soeur qui m’avait conseillé ce livre et qu’elle m’a dit : « Oh tu n,en es que là, tu vas encore visiter du pays « . Jusqu’à la fin !

Dans le temps ensuite parce que les retours en arrière sont nombreux, et pas toujours dans l’ordre chronologique. La première guerre mondiale, la deuxième, les années soixante, l’époque actuelle, un véritable feu d’artifice !

Et puis vous vous attacherez aux personnages et apprendrez à les connaitre et à les découvrir tout au long de ce long voyage. Anna, Antoine, Laurent et toute la famille qui se découvre, sous différents noms.

Un petit conseil cependant, munissez vous d’un crayon à papier et d’une feuille de carnet pour tracer ce que vous pensez être l »arbre généalogique de la famille.

Ah, et puis une gomme aussi ! ce sera certainement utile !

Petit bémol, à mon avis ce livre est trop long et aurait mérité quelques dizaines de pages de moins. Et la fin…. je ne suis pas très fan de la fin !!


Version Kindle Version papier


Taran, ombres de mer, par Gwen Le Tallec

Le corps d’un flic poignardé découvert par des touristes au fond d’un bateau à la dérive, la disparition mystérieuse du Lieutenant Maud Bartolli, un trafic d’êtres humains pour satisfaire la perversion d’hommes riches… Dans l’obscurité de la mer qui gronde au large de Saint-Malo, le Commissaire Taran Courteline se lance dans une enquête haletante, une course poursuite aussi désespérée qu’effrénée afin de sauver sa collègue, la femme qu’il aime, tombée entre les mains d’un dangereux criminel.


C’est que ça ne rigole plus chez Taran Courteline ce coup-ci ! C’est sa propre compagne qui a disparu, enlevée par on ne sait quel truand maloin. Une nouvelle fois, le célèbre commissaire va devoir faire preuve de courage et d’ingéniosité pour réussir à résoudre cette affaire qui le touche au plus profond de lui-même. Comme d’habitude, il va y avoir des blessés, des morts, des balles et des obus, toute l’artillerie bretonne au service du commissaire Courteline. Un épisode dans la droite ligne des opus précédents et qui ont fait le succès mérité de cette série de polars. Et comme à chaque fois une drôle d’impression : est-ce bien raisonnable de se promener à Saint Malo et sur les ilots qui entourent la cité corsaire tant il y a de truands et de voyous en tous genres. Je commence à avoir la trouille de me promener intra-muros ou le long de la promenade qui longe la mer.

Un excellent épisode de Taran et une magnifique couverture pour illustrer ce nouveau volume réussi.

 


Version Kindle Version papier


Les secrets de la maison de France, par Jean K. Saintfort

Décoratrice talentueuse et gaffeuse, Madeline désespère de réussir à trouver l’homme de sa vie. Une lettre posthume d’Adèle, sa grand-mère, l’informe d’un secret.
Madeline retourne en France pour vendre la maison familiale. Mais un notaire fantasque, une étrange vieille dame rencontrée à un vide-greniers, un geek talentueux, et Andréa, peintre surdoué aux légères tendances Asperger, bousculent ses certitudes et l’aident à ouvrir son cœur.


Qui n’a pas un jour espéré retrouver les racines d’une famille qu’on croyait simple et unie ?

Qui n’a pas voulu découvrir de mystérieux ancêtres et peut-être des secrets et non-dits qui existent depuis des années.

De mon côté, je fais ma généalogie et je n’ai rien trouvé de mystérieux, si ce n’est la condition de la femme à travers le temps (ma sœur m’a ouvert les yeux !). Notre famille est une famille « normale » si je peux dire

Mais celle de Madeline, jeune styliste installée à New-York ? Qui est cette grand-mère qui l’a élevée et qui vient de mourir en lui léguant une maison en France?

En mettant son nez dans cette maison, elle va aller de surprise en surprise, découvrir les vieux secrets, et qui sait, rencontrer l’amour ?

A la fois une recherche haletante et un roman d’amour, ce livre a bercé mes soirées.

J’ai aimé le style de l’écriture, j’ai aimé l’originalité de la recherche, les retours en arrière et les avancées étape par étape. J’ai aimé l’histoire d’amour qui n’était pas évidente au début, mais je ne veux pas gâcher le plaisir des futurs lecteurs que je souhaite nombreux.

Si vous souhaitez passer de bons moments de lecture avec une belle histoire…. qui finit bien, n’hésitez pas, foncez !


Version Kindle Version papier


L’oubliée, par Florian Dennisson

Une jeune fille disparaît sans laisser aucune trace. Onze ans plus tard, elle réapparaît mystérieusement.
À l’époque, l’évènement tragique met en émoi toute la région et Maxime Monceau, alors jeune gendarme, s’en souvient encore. Aujourd’hui adjudant-chef, il est affecté à l’enquête et doit tenter de répondre aux nombreuses questions qui entourent l’affaire. Qu’a subi Victoria Savigny pendant ces onze années ? Où était-elle ? D’autres filles sont elles en danger ?

Les heures tournent, le kidnappeur court toujours et à la progression difficile de l’enquête en raison de l’ancienneté des faits, s’ajoute l’arrivée massive de journalistes en quête de scoops que le retour inespéré de la jeune femme a attirés.

Désormais spécialiste du langage non verbal, Maxime saura-t-il décrypter l’étrange récit de la jeune femme pour retrouver le ravisseur et sauver les potentielles autres victimes ?


Parfait, tout juste parfait. Après La liste du même auteur que j’ai lu l’année dernière, je me suis à nouveau lancé dans un titre de Florian Dennisson. Et j’ai bien fait. Complètement happé par l’histoire, je me suis plongé dedans jusqu’à ce que les yeux me brûlent. L’auteur a le chic pour vous traîner derrière lui à la recherche de la solution de l’énigme. Il a même le chic pour vous obliger à lire les autres livres de sa création, en laissant trainer un fil rouge jamais achevé. Je suis certain qu’il y aura une suite, non à l’histoire de Victoria, qui est terminée, mais à celle de Maxime, le gendarme spécialiste du non-verbal.

Deux livres du même auteur. A la fin, Florian Dennisson propose un livre gratuit. Je l’ai pris, évidemment !

Allez retrouver Victoria et son mystère, allez retrouver le pire de ce que vous pouvez imaginer. DE toutes façons, comme dans tout bon thriller, la vérité est dans les dix dernières pages ! Et elle vous fera froid dans le dos !


Version Kindle Version papier


Mâle de tête, par Joachim Turin

Renaud Marraffino dirige de main de maître la FACTION, la plus haute institution policière d’Europe, basée à Saint-Maurice d’Agaune, en Suisse.
Pour résoudre le jeu de piste fomenté par l’inquiétant Régis qui en veut à la vie du flic, le commissaire se rend seul sur le sentier de Saint-Jacques-de-Compostelle. Renaud Marraffino est secondé dans son enquête par Zénobie, la jeune criminologue aux talents certains et par Edern, le profileur expérimenté, victime d’atroces migraines.
La collaboration rapprochée entre la criminologue et le profileur réveille les souvenirs d’un mariage célébré voici bientôt trente ans.
Mâle de Tête, le premier volet de la trilogie Cerbère.


Plus que sa description, c’est un retour de lecture dans un groupe Facebook qui m’a fait m’intéresser à ce livre. Comme de surcroit, la couverture a attiré mon œil, je n’ai pas hésité et j’ai déboursé la somme demandée.

Et bien m’en a pris, puisque j’ai passé un excellent moment. Un corbeau inquiétant qui entraine le héros sur le GR65 au départ du Puy en Velais et nous voilà partis sur les chemins de Compostelle. Mais là, point d’ambiancé médiévale comme on en a l’habitude sur ce chemin. Pas de bondieuserie non plus. Non non. Le tout se passe de nous jours, avec téléphone portable, GPS et énigmes. Et humour.

Et là, je me dis : soit l’auteur s’est sacrément documenté sur cette partie du chemin (du Puy en Velais à… je ne vous dirai pas où !) et a planché pendant des heures sur des pages internet ou des guides pour adeptes de la coquille, soit il a déjà marché sur ledit chemin et a pris de notes tout au long de son voyage. Je suppose que les restos et les auberges sont véridiques, car si bien décrits.

Honnêtement, je ne peux pas dire que j’ai tremblé à toutes les pages comme dans certains thrillers. L’ambiance est plutôt bon enfant, même si la peur de l’accident pèse sur la longue randonnée pédestre.

Quant au final, il est à la hauteur de ce que j’ai lu ailleurs dans les commentaires. Du genre de final qui fait qu’on achète immédiatement la suite. Ce que je viens de faire !!

Par contre, l’énigme finale, j’ai cherché…  mais je n’ai pas trouvé. J’aurais dit « Le petit prince », mais ce n’est pas la question.

A bientôt pour un retour de lecture de la suite !!!


Version Kindle Version papier


Energie noire, par Emmanuel Bocquet

Le directeur du groupe Orion est assassiné lors d’un voyage d’affaires à Dubaï.. Alors que sa succession se met en place, un terrible attentat frappe un convoi nucléaire.

Et si les deux crimes étaient liés ?


Première, et pour le moment, seule expérience avec l’application de lecture en ligne ROCAMBOLE.

Et première expérience réussie. L’intrigue est parfaite, l’action bien menée, le suspens parfaitement organisé.

La coupure épisode par épisode est parfaite et permet au lecteur de rester en haleine jusqu’au chapitre du lendemain (un épisode par jour).

J’ai beaucoup aimé cette histoire, mélange d’intrigue politique et policière, parsemée de mystère informatique, de hackers et de drones.

Malheureusement, vous ne pourrez lire ce livre que sur Rocambole, visiblement il n’est distribué nulle part ailleurs.

Et c’est le seul livre que j’ai réussi à lire entièrement. Tous mes autres essais de lecture se soldant par une injonction à payer 34,90 € l’année pour finir le livre en s’abonnant à la plate-forme. Dommage !

Par contre, si le livre vous attire, allez-y. J’ai réussi à le lire en entier !

 


La chaine, par Adrian Mac Kinty

« Il faut que vous gardiez votre calme et que vous m’écoutiez très attentivement. Il faut que vous procédiez exactement comme je l’ai fait. Vous devez prendre note de toutes les règles et vous avez l’obligation de vous y tenir. Si vous violez une seule de ces règles ou appelez la police, cela retombera sur vous et cela retombera sur moi. Votre fille sera tuée et mon fils sera tué. Alors notez bien tout ce que je vais vous dire. »
À l’autre bout du fil, une voix inconnue annonce à Rachel qu’elle a kidnappé sa fille. Pour qu’elle soit libérée, Rachel doit enlever l’enfant de quelqu’un d’autre.

Car son enfant ne sera relâchée que quand les parents de sa cible auront à leur tour enlevé un enfant et transmis les mêmes ordres. Chacun devient victime, ravisseur, criminel. Voilà comment fonctionne et se perpétue la Chaîne indéfiniment.


Habituellement, je ne mets jamais 8,49 € dans un Ebook. Mais là, Claire, une de mes amies a écrit un retour de lecture tellement emballé que j’ai décidé de me laisser faire, pour une fois.

Et je n’ai pas été déçu, disons à 90 %…

L’idée est excellente. « J’ai enlevé mon enfant parce qu’on a enlevé le mien et je vous rendrai le vôtre lorsque les parents de celui que vous allez enlever auront à leur tour enlevé un enfant. » Vous suivez ?

Terrifiant. La pauvre Rachel, en plein divorce, atteinte d’une récidive de cancer du sein se retrouve anéantie. Sa fille est kidnappée, elle doit en enlever une autre, et en plus, on lui demande une rançon phénoménale. Le tout dans un silence absolue parce que si elle parle, son enfant sera tuée.

Bref, une histoire dans laquelle on rentre parfaitement. Tout est bien huilé, la mécanique de la chaine fonctionne parfaitement. La traduction laisse parfois à désirer (je n’ai pas l’original sous les yeux, mais il y a des expressions un peu étranges). Et j’ai complètement adhéré à cette lecture en consacrant plusieurs heures de mon sommeil pour avancer dans l’histoire.

Par contre, la fin m’a un peu déçu. Un peu vite bâclée à mon avis et surtout pleine d’incohérences et de trucs un peu téléphonés… Presque très américain je dirais. L’héroïne et son ami s’en sortent vivants grâce à des rebondissements peu crédibles.

Cette fin mitigée va entrainer ma note de quatre étoiles au lieu de cinq, mais je pense que l’auteur s’en remettra.

Par contre, si vous avez envie d’un bon thriller, n’hésitez pas et n’oubliez pas… le plus important, c’est la chaine !


Version Kindle Version papier


Le serpent majuscule, par Pierre Lemaître

« Avec Mathilde, jamais une balle plus haute que l’autre, du travail propre et sans bavures. Ce soir est une exception. Une fantaisie. Elle aurait pu agir de plus loin, faire moins de dégâts, et ne tirer qu’une seule balle, bien sûr. »

Dans ce réjouissant jeu de massacre où l’on tue tous les affreux, Pierre Lemaitre joue en virtuose de sa plume caustique. Avec cette œuvre de jeunesse inédite, il fait cadeau à ses lecteurs d’un roman noir et subversif qui marque ses adieux au genre. Dialogues cinglants, portraits saisissants, scénario impitoyable : du pur Pierre Lemaitre.


Que dire à ceux qui ne connaissent pas Pierre Lemaître ? Que tous ses livres sont un bonheur et que celui-là ne fait pas abstraction ? Qu’il est le roi du roman noir et que celui-ci est bien bien noir ? Que ses tueurs ont tous un style particulier et que Mathilde est pour le moins particulière ? Que Lemaitre manie avec maetria l’humour noir, les bons mots et un certain sens de l’absurde, ce qui est le cas ici aussi ? Que ses personnages sont sans foi ni loi, ont des comportements inattendus, mais toujours assumés ?

Voilà. Si vous ne connaissez pas Pierre Lemaître, vous alles trouver dans ce roman tout ce que j’ai décrit ci-dessus. Et vous ne serez pas déçu. Et je pense que vous chercherez à en lire d’autres (ce qui n’est pas mon cas, puisque je les ai tous lus)

Si vous connaissez déjà Pierre Lemaitre, ce livre est un Pierre Lemaitre, comme un disque de Goldmann est un disque de Goldmann ou une chanson de Souchon, une chanson de Souchon, reconnaissable à la première note.

Dans ce roman étonnant, vous retrouverez tout ce que vous aimez dans les romans de Pierre Lemaitre. Ce qui a été mon cas.

Lu en une soirée. Un peu dommage d’ailleurs car après, on est un peu tout couillon avec le livre fini et on en demanderait encore un peu Monsieur lemaitre s’il vous plait…

 


Version Kindle Version papier